L’unité de valorisation énergétique de Passy valorise chaque année 56 000 tonnes de déchets en électricité.

Retour à la liste des installations
Date depuis :
Au :


Monoxyde de Carbone (CO) mg/Nm3

La formation de CO est la conséquence d’une combustion. La mesure continue du monoxyde de Carbone permet donc d’attester de l’efficacité du procédé d’incinération des déchets.

La moyenne journalière des mesures corrigées ne doit pas excéder 50 mg/Nm3.

Dioxyde de Soufre (SO2) mg/Nm3

L’incinération des déchets libère des oxydes de Soufre (SO2). Ce gaz est capté par le traitement des fumées. Il est mesuré en continu.

La moyenne journalière des mesures corrigées ne doit pas excéder 50 mg/Nm3.

Acide Chlorhydrique (HCL) mg/Nm3

L’incinération des déchets libère de l’acide chlorhydrique (HCl). Plus de 98 % de l’HCl sont captés par le système de traitement des fumées. La mesure continue de l’acide chlorhydrique permet de contrôler l’efficacité du procédé.

La moyenne journalière des mesures corrigées ne doit pas excéder 10 mg/Nm3.

Dioxyde d'Azote (NOx) mg/Nm3

Toute combustion génère des oxydes d'azote (NOx). La mesure continue des NOx permet de contrôler l'efficacité du procédé de traitement des fumées.

La moyenne journalière des mesures corrigées ne doit pas excéder 80 mg/Nm3.

POUSSIERES (POUS) mg/Nm3

Toute combustion libère des particules et des cendres… qui sont piégées dans les filtres électrostatiques de l’usine. Plus de 98 % des poussières sont captées par le traitement de fumées humide de l'usine. La mesure continue des poussières permet de contrôler l’efficacité de la filtration des gaz.

La moyenne journalière des mesures corrigées ne doit pas excéder 10mg/Nm3.